chezmonveto

Les actualités

pictoLe BARF = DANGER

28/05/2018

Le BARF (pour Bones and Raw Food ou encore Biologically Appropriate Raw Food) suscite de nombreux débats et controverses depuis quelque temps.

Une  étude néerlandaise dont les résultats ont été publiés dans le Veterinary Record vient de confirmer que Le BARF n'est pas du tout une bonne idée. Les bénéfices d'un tel régime n'ont jamais été démontrés. Il fait courir des risques de troubles de la croissance, d'hyperthyroïdie, de fractures dentaires, de perforation intestinale... et surtout, bactériens et parasitaires, pour l'Homme comme pour l'animal.

 

Les auteurs de cet article ont analysé 35 aliments "BARF" achetés aux Pays-Bas et l'inventaire qu'ils font de la flore de ces produits est édifiant. On y retrouve des salmonelles, mais aussi des Escherichia coli parmi les plus pathogènes, des Listeria spp. Chiens et chats consommant des produits BARF peuvent devenir des sources de bactéries multirésistantes. Le risque parasitaire est plus mesuré mais pas absent.

 

Dans le même temps, le 22 Janvier, le JVIM apportait la preuve qu'en Australie, où la mode est de donner du poulet cru aux chiens, on augmentait ainsi considérablement les risques de polyradiculonévrite, comme c'est le cas pour le syndrome de Guillain-Barré de l'Homme, à cause de la présence de Campylobacter spp., qui apparaît de plus en plus comme l'élément déclenchant de ces affections.

 

Et c'est ainsi qu'on introduit un nouveau risque sanitaire en sacrifiant à une mode qui veut que chiens et chats mangent comme leurs ancêtres. Mais ce ne sont plus les mêmes! Même si cela est diffcile (puisqu'on sait qu'il n'est que la marionette des industriels......), le rôle du vétérinaire est de dissuader les propiétaires de ses patients de nourrir leurs compagnons avec un régime BARF pour quelques raisons assez simples: cela coûte cher, c'est dangereux pour la santé humaine et animale, et cela n'apporte aucun bénéfice. Non, tout n'était pas mieux avant.

 

 

D'après Jean-Pierre SAMAILLE,

L'essentiel, n°474.